Rapports vidéo

Lien de la vidéo

Obtenir le lienLicenceImprimer
Bookmark and Share

Par Christian Charest | 14-12-2017

Rendements des fonds en 2017 - Faits saillants

Another good year for equity funds and, surprisingly, for bond funds as well.

Christian Charest : Pour Morningstar ici Christian Charest. L'année 2017 a été bonne pour pratiquement toutes les catégories de fonds de placement au Canada, la seule exception étant le secteur de l'énergie.

Les fonds d'actions asiatiques ont été les plus performants, avec en tête les fonds de la catégorie Actions de la Grande Chine, qui ont obtenu un rendement moyen de 35,9 % pour l'année. La majorité de ces gains peut être attribuée à la forte prestation des actions cotées à la Bourse de Hong Kong, qui ont fourni un rendement de 36 %. Une chose à noter, par contre, est que le dollar canadien s'est apprécié de près de 8 % par rapport au dollar de Hong Kong pendant l'année, ce qui est néfaste pour les rendements des fonds qui ne couvrent par leur participation aux devises. Cela signifie que les fonds qui emploient la couverture des devises auront probablement obtenu de meilleurs rendements en 2017.

Les actions chinoises ont également été le moteur principal des catégories de fonds Actions d'Asie-Pacifique et Actions d'Asie-Pacifique excluant le Japon, qui ont tous les deux augmenté d'environ 25 %. Mais les autres marchés de la région ont aussi bien fait. L'indice Nikkei, principal point de repère des actions japonaises, a monté de 19,1 % en 2017, tandis que l'Indice KOSPI de la Corée du Sud a gagné 21,8 %, lorsque mesurés en devises locales, et les effets de devises ont été minimes pour ces deux pays.

Les actions asiatiques représentent une grosse portion des fonds d'actions des marchés émergents, qui ont aussi bien performé avec un rendement moyen de 24,3 %. Ces fonds ont aussi bénéficié des solides rendements des actions brésiliennes, où l'Indice BOVESPA a grimpé de près de 27 % pour l'année.

Le marché boursier américain a aussi connu une très bonne année, avec l'Indice S&P 500 qui a affiché un rendement total de 21,8 %, une neuvième année consécutive avec un rendement positif. Toutefois, les investisseurs canadiens n'ont récolté qu'une partie de ces gains, puisque le dollar canadien s'est apprécié de 7 % par rapport au dollar américain pour terminer l'année tout juste sous les 80 cents. Par conséquent, les fonds de la catégorie Actions américaines ont rapporté 13,2 % en moyenne. Comme pour les fonds d'actions asiatiques, la performance des fonds individuels va dépendre fortement de leur politique de couverture des devises.

Au Canada, la plupart des secteurs boursiers ont bien fait; notamment les services financiers qui ont grimpé de plus de 13 % pour l'année. Mais comme c'est le cas depuis plusieurs années, la variable déterminante demeure le secteur de l'énergie, à savoir le pétrole. Le prix du pétrole a chuté d'environ 20 % durant la première moitié de l'année, et les actions énergétiques ont fait de même. Et parce que ce secteur représente environ un cinquième du marché boursier canadien, les fonds d'actions canadiennes diversifiés en ont aussi souffert. Les actions énergétiques se sont reprises partiellement durant la deuxième moitié mais ont quand même terminé l'année plus de 10 % dans le rouge. Malgré tout, l'Indice composé S&P/TSX a obtenu un rendement total de 9,1 %, ce qui s'est traduit par un gain moyen de 7,7 % pour les fonds de la catégorie Actions canadiennes.

Finalement, les fonds de titres à revenu fixe ont aussi eu des rendements positifs l'an dernier. Cela peut surprendre si on sait que les banques centrales de plusieurs pays, y compris le Canada et les États-Unis, ont commencé à augmenter leurs taux d'intérêt, ce qui normalement a un effet négatif sur les obligations. Encore plus surprenant, une des catégories obligataires qui a le mieux performé, la catégorie Revenu fixe canadien à long terme, est aussi une des plus sensibles aux changements de taux d'intérêt. Malgré deux hausses de taux en juillet et septembre par la Banque du Canada, ces fonds ont quand même réussi à gagner 6,3 % pour l'année, ce qui suggère que les investisseurs obligataires s'attendaient peut-être à des hausses plus importantes de la part de la banque centrale. Les autres catégories obligataires ont eu des rendements plus modestes mais quand même positifs; la plus grande catégorie du groupe, Revenu fixe canadien, a obtenu un rendement moyen de 1,7 % pour l'année.

{1}
{1}
{2}